Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de OAO DZ
  • Le blog de OAO  DZ
  • : Un Blog consacré à l'Humeur du moment...
  • Contact

Recherche

14 septembre 2011 3 14 /09 /septembre /2011 18:14

Une finale somptueuse à Flushing MeadowsLa folle sarabande de Djokovic

Le tennis a atteint des sommets incroyables en finale de l’US Open, dans la nuit de lundi à mardi. L’extra-terrestre, Novak Djokovic, a écrasé le « terrien » Rafael Nadal en quatre manches. Quelle merveilleuse finale que celle qui a mis aux prises, dans la nuit de lundi à mardi, un « extra-terrestre » venu de Serbie, Novak Djokovic, et un « terrien » d’Espagne, Rafael Nadal ! Tous ceux qui ont eu la chance de suivre cet extraordinaire rencontre ne sont pas prêt d'oublier le troisième set. Dans ce set d'anthologie, on a eu droit à des échanges tout simplement hors du commun. Comme les deux joueurs, magnifiques de courage et de talent, au summum de leur forme au même moment. Des échanges absolument ahurissants de précision et de durée. On eut aussi, comme une cerise sur le gâteau, un stupéfiant jeu de 17 minutes ! C’est à l’issue de 4h10 d’un combat sans pitié que Djokovic a fini par gagner cette superbe finale, faute de combattant, dans la nuit crépusculaire de New York, sur le score de 6-2, 6-4, 6-7(3), 6-1. Nadal a toujours dominé Federer, l’écrasant sur terre battue à Roland-Garros et l’humiliant sur herbe à Wimbledon. Il est maintenant, à son tour, le "Federer" de Djokovic. « Nole » a été incroyable de sang-froid et de maîtrise technique durant toute la partie et encore plus dans la quatrième manche où il a montré à la face du monde qu’il est bien le nouveau maître du tennis, un jeu inventé par les Anglais où, à la fin, c’est Djokovic qui gagne. Après le magistral spectacle auquel nous avons assisté, par chaîne satellitaire interposée, un spectacle qui nous a rappelé celui que Federer a donné, sous nos yeux admiratifs, en juin dernier, à Roland-Garros, face à un certain Djokovic, nous pouvons croire désormais que le Serbe sera celui qui réussira le Grand Chelem. Ce mythique exploit qu’aucun joueur n’a plus réussi, dans la même année, depuis la randonnée fantastique de l’Australien Rod Laver, vainqueur des quatre tournois majeurs (Open d’Australie, Roland-Garros, Wimbledon et l’US Open) en 1969.

Un Petit Chelem, en attendant un Grand

La victoire obtenue en finale de l’US Open par Djokovic est sa 28e en carrière, son 4e titre du Grand Chelem après l'Open d'Australie (2008 et 2011) et Wimbledon (2011). Pour cette seule année 2011, Djokovic a remporté 10 titres dont 3 Grand Chelem et 5 Masters 1000. Il faut trouver d’autres qualificatifs pour mettre en valeur un tel exploit. Djokovic a mis la barre très haut. Supportera-t-il longtemps « l’isolement », seul sur sa planète blanche ? Les prochains mois, et surtout l’année 2012, apporteront les premiers éléments de réponse. Si Djokovic, héros national en Serbie, a gagné à Melbourne, Wimbledon et New York, il lui reste à apprivoiser la terre battue de Paris pour boucler la boucle. Cette terre rouge qui n’a jamais voulu de Roger Federer, lui préférant, contre l’avis d’un public totalement acquis à la cause du Suisse, Rafael Nadal, le matador de Manacor. Oui, on peut le dire : vivement 2012 !

Omar Aït-Ouméziane

Partager cet article

Repost 0

commentaires