Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de OAO DZ
  • Le blog de OAO  DZ
  • : Un Blog consacré à l'Humeur du moment...
  • Contact

Recherche

6 janvier 2010 3 06 /01 /janvier /2010 23:54

  Ce sont des parents, particulièrement mécontents, et assez surexcités, comme on a pu le constater au son de leur voix, qui nous ont contacté, par téléphone, pour faire état de leur « indignation devant l’application irréfléchie des nouveaux horaires scolaires qui ont été imposés unilatéralement à nos enfants. » De notre entretien, il ressort que « l’application du week- end semi- universel a créé des ondes de chocs dans le système scolaire ». Il semblerait que l’emploi du temps, particulièrement chargé qui est désormais celui des élèves, implique inévitablement des retombées forcément négatives sur leurs activités en dehors de l’école. Nombreux sont, en effet, les enfants qui, une fois les portes de l’école refermées, en ouvrent d’autres ailleurs pour des activités de loisirs et de perfectionnement dans différents domaines dont ceux du sport, de la musique, des échecs, etc. On peut comprendre la réaction des parents. C’est, avant tout procès d’intention, celle de personnes parfaitement conscientes qu’en l’état actuel du secteur de l’éducation dans notre pays, l’école, à elle seule, n’est pas en mesure de former véritablement l’homme de demain.

Un complément scolaire, sur tous les plans de l’épanouissement de l’enfant, est absolument essentielle si l’on veut donner à sa progéniture tous les moyens de réussir dans la vie. Sinon, pourquoi la faire venir au monde si l’on n’est pas capable d’assumer pleinement ses responsabilités de géniteur ? Autre question bien angoissante également : est- ce la fin du sport à l’école ? On peut se le demander.  Un secteur est concerné de très près, à notre sens, par les nouveaux horaires scolaires, c’est celui du ministère de la Jeunesse et des Sports. Le MJS est le garant de la santé physique et morale de tous les enfants d’Algérie. Il appartient donc à ses responsables de faire entendre, eux aussi, leur voix de spécialistes. Dans le cas contraire, il en sera peut- être fini du sport à l’école, ce creuset générateur incontestable des champions de demain. 

Partager cet article

Repost 0

commentaires