Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de OAO DZ
  • Le blog de OAO  DZ
  • : Un Blog consacré à l'Humeur du moment...
  • Contact

Recherche

21 novembre 2009 6 21 /11 /novembre /2009 13:42

Les oreilles les plus chastes, et toutes les autres, d’ailleurs, ne peuvent entendre, sans rougir, ce qui se dit de nous sur toutes les chaînes satellitaires égyptiennes. Par on ne sait quel coup de baguette magique, nous serions tous devenus subitement des gens « odieux, infréquentables, des êtres sortis du néant de l’histoire, sans civilisation, sans culture, etc ». Et d’autres mots plus blessants encore, que la morale, et la courtoisie la plus élémentaire, ne nous permettent pas de reproduire dans ces lignes. Nous avons trop de respect pour nos lecteurs pour agir, à notre tour, comme cette autre sorte de voyous des ondes qui nous crachent tout leur venin à partir de l’espace.

Chassez le naturel, il revient au triple galop. Après nous avoir abreuvés, des années durant, de tous les salamalecs imaginables, ils font tomber leurs masques pour nous lancer à la figure toutes les insanités de leur vocabulaire des rues. C’est stupéfiant de voir à quelle allure ils nous décochent des flèches empoisonnées, à quelle vitesse ils trouvent des qualificatifs les plus blessants, les plus haineux. Comme si tout cet arsenal de la honte était prêt depuis longtemps et qu’ils n’attendaient qu’une occasion pour se défouler comme ils le font depuis quelques jours. A défaut d’atteindre les Algériens physiquement, les Egyptiens le font verbalement, avec un langage de caniveau. On dirait, à les entendre, à les lire, à les voir éructer toute leur haine, que les footballeurs algériens ont commis un crime de lèse majesté. Comment Antar Yahia et ses partenaires ont- il osé tenir tête, à ce point, aux doubles champions d’Afrique ? Eux, les favoris du groupe, les fils d’Oum Eddounia (quelle prétention !), contraints de baisser pavillon devant les Guerriers du Désert, c’est tout simplement inimaginable. Eux qui s’attendaient à voir les footballeurs algériens baisser la tête, déroulant le tapis rouge, sont tombés des pyramides avec un énorme fracas. Le bruit de la chute, qui a résonné partout dans le monde, a aussitôt déclenché la fureur de tous ceux, très nombreux, qui cherchent maintenant à déplacer la défaite sur un autre terrain. Avec le vain espoir de la transformer en victoire. Mais il est trop tard. Même avec tous les Blatter de la planète, les Egyptiens n’arriveront jamais jusqu’en Afrique du Sud. C’est trop loin de chez eux. Ils ne verront pas Nelson Mandela, et c’est tant mieux pour cet homme que le monde entier vénère. Qu’il nous faut tous préserver de tous les dangers… Le Nil n’est plus un long fleuve tranquille. 

Partager cet article

Repost 0

commentaires