Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de OAO DZ
  • Le blog de OAO  DZ
  • : Un Blog consacré à l'Humeur du moment...
  • Contact

Recherche

25 mai 2013 6 25 /05 /mai /2013 13:04

Tous ceux qui ont assisté vendredi 24 mai 2013 au tirage au sort de Roland-Garros, seconde levée du Grand Chelem, ont probablement eu la même question en tête : dans quelle section du tableau sera placé l’Espagnol Rafael Nadal ? Cette question a même, il y a quelques semaines, incité l’ancien champion français Guy Forget, qui fait désormais partie de l’organisation du tournoi, à proposer une « protection » de Nadal, classé alors N5 mondial, pour lui éviter de « tomber » trop tôt sur sa bête noire de 2011, le Serbe Novak Djokovic, actuel N1, vainqueur de l’Open d’Australie, première levée des quatre titres majeurs. Les premiers sont maintenant fixés : Nadal, tête de série N3, est dans la partie supérieure du tableau de simple ; celle de Djokovic. Il n’y aura donc pas de remake de la finale 2012, jouée exceptionnellement un lundi pour cause de mauvais temps, et remportée par Nadal dont c’était le septième titre à Paris, soit une unité de plus que le fameux suédois Bjorn Borg. Pour en revenir à Guy Forget, c’est raté : il n’aura pas « sa » finale. Celle-ci se jouera donc avant l’heure si, évidemment, les deux joueurs ne se perdent pas en chemin, guettés qu’ils seront par les chasseurs de performances. Mais on doit, à la vérité, de dire que les amateurs de sensations fortes risquent bel et bien de reporter à plus tard leur plaisir de voir le dompteur dompté. En effet, après le retrait prévisible du Britannique Andy Murray, qui souffre d’un mal de dos depuis plusieurs mois, et celui de l’Argentin Juan Martin Del Potro, handicapé par des problèmes respiratoires, on ne voit personne en mesure d’empêcher l’inéluctable : une demi-finale Djokovic-Nadal, le vendredi 7 juin, sur le central « Philippe-Chatrier. Même pas le Suisse Roger Federer, tête de série N2, balayé par Nadal en deux petites manches en finale du Masters 1000 de Rome il y a quelques jours. L’ancien N1 mondial peut encore brouiller les cartes mais il est très difficile d’en faire un favori d’un tournoi du Grand Chelem, à fortiori sur terre battue. Peut-être à Wimbledon, le mois prochain. 

Partager cet article

Repost 0

commentaires