Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de OAO DZ
  • Le blog de OAO  DZ
  • : Un Blog consacré à l'Humeur du moment...
  • Contact

Recherche

7 juillet 2009 2 07 /07 /juillet /2009 10:27

Après ce qui s’est passé sur le « centre court » du All England Club, on ne sait plus quel superlatif trouver pour qualifier l’historique victoire de Roger Federer, intervenue à l’issue  d’une magistrale finale conclue en cinq manches, après 4h 16’ de jeu ! Un record en la matière dans les finales des tournois du Grand Chelem. Federer a sauté de joie après la dernière balle du match dans un cinquième set hallucinant d’intensité et de dramaturgie. C’est avec une immense peine au cœur, traînant toute la tristesse du monde, comme s’il avait des boulets aux pieds, que le valeureux vaincu, l’Américain Andy Roddick, a fait les quelques pas de plus pour aller au filet saluer son prestigieux adversaire. C’est le côté tragique du sport : il faut un gagnant et un perdant.  Andy Roddick a perdu en 5-7, 7-6 (6), 7-6) (5), 3-6, 16-14 dans la 5e et dernière manche qui aura duré, à elle seule, 1h35’ ! 30 jeux dans une seule manche, c’est un peu plus que le total des deux premières de la finale.

Seul au monde

Cet impressionnant triomphe de l’ancien- nouveau number one fait de Roger Fédérer, le recordman des titres gagnés en Grand Chelem. Il est le seul au monde avec, désormais, quinze titres, un de plus que l’ex- titulaire du record, l’Américain Pete Sampras qui, beau joueur, a tenu à faire le déplacement des Etats-Unis pour ne pas manquer ce superbe événement qu’il pressentait depuis le premier succès de Federer sur la terre battue de Roland- Garros, le 7 juin dernier. 

L’entrée dans la légende

Cette- fois, plus de doute aucun : Fédérer entre vivant dans la légende du tennis mondial. Lui  qui tenait absolument à battre le record de Pete Sampras, a réussi dans des conditions stupéfiantes, sous le regard même de son glorieux prédécesseur au firmament de la discipline. Et de ceux de Bjorn Borg et Rod Laver.

En ne lâchant pas son service dans cette incroyable et ahurissante cinquième manche qui restera longtemps dans les mémoires des présents et de ceux qui auront suivi ce moment d’histoire par écran de TV interposé.  Animé d’une froide détermination, « tueur » au filet et au service, Fédérer a montré à Roddick, en perdition dans les deux derniers jeux, qu’il n’était pas question  pour  lui de perdre sa 7e finale d’affilée à Wimbledon, la 6e conclue victorieusement. Elle lui a permis de retrouver hier la place de numéro 1 mondial avec une avance de 485 points sur le second, qui n’est autre qu’un certain Rafael Nadal.  Au fait, où sont ceux qui parlaient de déclin de Federer il n'y a pas si longtemps encore ? Ils rasent les murs !

Partager cet article

Repost 0

commentaires