Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de OAO DZ
  • Le blog de OAO  DZ
  • : Un Blog consacré à l'Humeur du moment...
  • Contact

Recherche

16 août 2008 6 16 /08 /août /2008 13:27

La question est posée depuis des siècles. Nous nous permettons, bien humblement, il va de soi, de la reprendre à notre compte. Comment en un plomb vil, l’or pur s’est-il changé ? Que l’on n’y voit aucune remarque péjorative. Le propos n’est pas de minimiser un exploit, sportif en l’occurrence, de quelque manière que ce soit. On peut, en effet, et sans chauvinisme déplacé, s’interroger à notre tour après la belle performance réalisée à Pékin par le judoka Amar Benyekhlef. Ce dernier a offert, selon la formule si galvaudée de nos jours, une médaille olympique à son pays. Qui est le nôtre aussi, l’Algérie. En accédant à la finale de sa catégorie, celle des 90 kg, Benyekhlef était assuré, dans le pire des cas, de recevoir une médaille d’argent. La journaliste de l’ENTV, qui vivait littéralement l’instant historique, l’entourage du champion, les rares algériens dans les tribunes, jubilaient et hurlaient, à l’unisson, « médaille d’argent, médaille d’argent ». Tout le monde était fou de joie…au moment où il aurait fallu, bien au contraire, tempérer sa passion. Garder les pieds sur terre, c’était ce qu’il fallait faire. Les techniciens surtout. Le plus beau étant encore à venir. Hélas, égoïstement, tout le monde s’est laissé aller à une joie débridée alors que le champion avait encore un travail d’Hercule à accomplir. A force de s’entendre dire, claques dans le dos à l’appui, qu’il avait réalisé l’exploit de sa carrière, Benyekhlef, en son for intérieur, alla dans le même sens. En finale, il manqua de combativité. Non pas par crainte de son adversaire, Amar n’étant pas du genre poule mouillée, mais seulement parce qu’il était envahi, jusqu’au bout des ongles, par l’intime conviction qu’il avait, puisque tout le monde le lui avait dit, rempli plus qu’honorablement sa mission. Dans ces conditions, pourquoi en faire plus, n’est-ce- pas ?  Malheureusement, la mentalité de gagne- petit pollue encore tout notre espace sportif.

Amar Benyekhlef rentre de Pékin avec sa médaille d’argent autour du cou. Elle est à lui, totalement à lui. N’en déplaise à ceux, tous ceux qui voudraient maintenant se l’accaparer…Eux qui n’ont pas su booster, le mot étant à la mode, internet oblige, un magnifique athlète qui pouvait se parer d’or.
Lire l'article de Planète Sport

Partager cet article

Repost 0

commentaires