Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de OAO DZ
  • Le blog de OAO  DZ
  • : Un Blog consacré à l'Humeur du moment...
  • Contact

Recherche

17 avril 2014 4 17 /04 /avril /2014 17:50

La Fédération algérienne de tennis (FAT) vient d’organiser un circuit international, en deux étapes, de la catégorie des «Futures». Deux tournois pour un seul vainqueur, le Serbe Pedja Krstin. Ce dernier, classé 325e joueur mondial, tête de série N 2 à Oran et à Alger, ne s’est pas déplacé pour des miettes dans notre pays (voir les résultats dans notre édition du lundi 14 mars 2014).
Initialement, et nos lecteurs le savent déjà, ce circuit devait se jouer en trois tournois. Mais la décision prise par le ministère de la Jeunesse et des Sports (MJS) «de suspendre toutes les activités sportives du 1er au 17 avril 2014», a contraint la FAT à trouver une solution pour éviter des sanctions de la Fédération internationale de tennis (FIT). C’est ainsi que, en accord avec sa tutelle et l’instance qui gère le tennis mondial, la FAT a amputé le circuit d’une étape mais sans que la dotation prévue pour la totalité de la compétition, soit trente mille dollars, ne soit réduite. Ce qui a fait le bonheur des joueurs étrangers venus dans notre pays pour des épreuves de dix mille dollars et qui se sont retrouvés ensuite dans des tournois classés à un palier immédiatement supérieur du calendrier international. Avec les avantages que l’on devine sur le plan de la dotation financière et «arithmétique» avec des points plus importants pour le classement mondial des joueurs, publié chaque lundi par l’Association des tennismen professionnels (ATP). Au fait, comment est répartie cette dotation ? C’est la question que certains se sont posés. D’autres ont même pensé que les quinze mille dollars annoncés revenaient intégralement au vainqueur final. Ce qui n’est pas le cas, évidemment. En effet, cette somme est répartie entre tous les tours du tableau final, que ce soit en simple ou en double. Il faut donc savoir que le Serbe Pedja Krstin, le vainqueur, a perçu 2 160 dollars (moins les taxes locales) et marqué 27 points (Il en a eu autant à l’issue de sa victoire à Oran). Son adversaire «malheureux», au TCP Ben Aknoun, l’Italien Matteo Marrai, n’a eu droit qu’à 1.272 dollars et 15 points. Les demi-finalistes ont eu, respectivement, 753 et 8, les quarts de finaliste 438 et 3, les perdants du second tour, 258 et 1. Au premier tour, les perdants reçoivent 156 dollars mais ne marquent pas de point.
En double, le duo gagnant touche 930 dollars et capitalise 27 points. Les finalistes 540 et 15, les demi-finalistes 324 et 8. Par contre, pour les perdants du premier tour (192 $) et des quarts de finale (108 $), il n’y a pas de points. Nos joueurs admis dans le tableau final du simple et du double grâce à des wilds-cards (invitations) octroyées par la FAT, ont bien touché un peu d’argent de poche mais n’ont marqué aucun point ATP. Ce circuit international, justement, devait permettre à nos tennismen de grappiller des points pour accéder au sacro-saint classement mondial. L’occasion leur a été offerte, ils n’ont pas su, ou plutôt, pas pu la saisir pace qu’ils n’évoluaient pas dans la même «division» que leurs adversaires. C’est dur pour nos joueurs invités, Mohamed Hassan, Abdewahid Henni, Mohamed Amine Kerroum et Mohamed Nazim Makhlouf, mais c’est la terrible réalité du tennis professionnel. On l’accepte et on tente, à son tour, d’entrer dans le «cirque» blanc. Ou bien on se contente du tennis-loisir pour passer le temps…

Partager cet article

Repost 0

commentaires